Ici , tous les 15 du mois: la chronique "toodè" ...
une autre manière de dire Aujourd'hui et de lire
ou relire les événements avec les verres teintés de François de Sales ...

Toodè N° 240

" Tous acteurs d'une révolution fraternelle "

Oecuménisme en bassin viennois : Accueil et hospitalité en débat | L'écume  d'un jour

Pierre Gizart

15 janvier 2021

 
Forum pour
 réagir à  Toodè


Les Dossiers
de Toodè


Archivages des
Toodè parus

le 18/01/2021

Il y a presque un an dans le « Toodé », j’écrivais :
« Il nous est demandé de se mettre en « Quarantaine » ; profitons-en pour faire un break, un vrai carême ! Cette quarantaine est une expérience en profondeur, d’autant plus aujourd’hui où nos vies sont plus remplies que jamais. Nous ne connaissons plus de moments de latence ou de jachère intérieure qui permettent de se recentrer sur ce qui est important. Toute forme de rupture imprévue peut devenir temps de fécondité spirituelle retrouvée ou renouvelée et de solidarité ravivée.

Après le carême vient Pâques, la fête du Vivant ; Quand fêterons-nous la fête des vivants à Pâques ou à la Trinité ? »
En relisant, je m’aperçois que je n’ai pas précisé l’année !!!
Nous sommes toujours en attente, avec l’incertitude de fêter Pâques prochain en « présentiel », (des mots peu usuels deviennent familier.)
Et pour la Trinité nous serons certainement toujours infantilisés et non vaccinés !!!
Cette crise nous a contraint à repenser nos comportements et actions.
Avec les bénévoles du Secours Catholique de Vienne, j’ai constaté que la plupart de nos activités étaient conviviales, alors nous cherchons comment, malgré cette crise, rester en contact avec les personnes démunies souffrants de solitude, et ayant besoin de contacts humains. Alors comment rendre cette période latence créatrice ?
Dans nos réflexions nous souhaitons créer « un Jardin Partagé ».
Et adapter certaines activités au « distanciel », et pour cela nous avons besoin de bénévoles, familiarisés aux techniques d’animation nouvelles et notre regard se tourne vers les jeunes.
Depuis début décembre en partenariat avec la paroisse nous proposons tous les mardis une soupe partagée place St Paul près de la cathédrale St Maurice.
Le Secours Catholique s’est engagé à vouloir une «révolution fraternelle » avec le slogan : « Tous Acteurs» et cette activité de partage nous montre que c’est possible.Il est à souligner que le partage se fait avec des maraîchers locaux qui nous fournissent gratuitement des légumes.
Partage entre les personnes qui préparent la soupe (épluchage des légumes, cuisson …) dans la cuisine de la cure.

 

Partage de l’équipe qui installe le barnum, les tables … et assure la distribution dans les règles imposées par le contexte sanitaire et d’hygiène. Et assure aussi le rangement et le nettoyage de la vaisselle en fin de distribution.
Partage et dialogue entre et avec les convives. (Une trentaine de personnes environ à ce jour).
Partage aussi avec les personnes qui sortent de la messe du soir.
Il est constaté que peu de SDF se déplacent même s’ils sont bien invités, cependant nous rencontrons des personnes qui ont besoin de chaleur humaine et viennent rompre leur isolement en venant partager la soupe. Plusieurs personnes participantes aux activités du « Sappel » se sont investies et sont motrices de cette action.

Plusieurs fois la question : « combien de SDF servez-vous ? » m’a été posée.
La référence dans une activité partagée et fraternelle ne doit pas être le nombre de personnes qui reçoivent. Mais la joie de celles qui partagent. Nous avons trop l’habitude de vouloir tout quantifier, mais comment compter des valeurs comme : la générosité, la sympathie, la solidarité, la satisfaction…
Quand les valeurs morales seront cotées en bourse, tout ira mieux ! et la « révolution fraternelle » sera une réussite.
Le mois dernier, Stéphane écrivait :
Alors qu’un ‘confinement’ très limité vient de nous être imposé, n’est-ce pas l’occasion d’introduire dans nos vies un petit quelque chose, qui peut devenir grand, comme par exemple un changement dans notre regard, lié à une recherche de meilleure efficience de nos comportements, personnels, sociétaux, politiques, mondiaux, une recherche de sens dans nos choix, une nouvelle façon d’envisager nos relations interpersonnelles… ?
En effet cette série de confinements/déconfinements/ reconfinement nous invitent à réfléchir sur nos comportements.
« Nous ne pouvons plus faire des plans d’avenir, car nous constatons que si dans quinze jours, les procédures qui n’ont pas fonctionné jusque-là, continuent de ne pas marcher, alors ce sera éventuellement le retour aux méthodes précédentes qui n’avaient pas vraiment fonctionné non plus ! »
Que cette période ne nous enlève pas l’humour ! Et que la peur de mourir ne nous empêche pas de vivre.
Chaque période de crise va entrainer des changements ! Le monde s’interroge sur ses comportements et une modification des agissements va se faire : évolution ou révolution ?
Pouvons-nous rêver de la fin de crise ? Et en sortir tous « Majeur et vacciné ! »
Il nous faut maintenir l’avenir ouvert ! (Cela ferait une bonne définition à « l’Espérance »)
Saluons chaque jour nouveau avec joie et espérance, car c'est un présent de la Bonté de Dieu. Saint François de Sales.)